La mort

A travers des mots qui au premier degré nous semblent pervers et névrotiques, Nicola nous amène par des associations d'images à les regarder plus attentivement.

La mort dans les textes de Nicola est souvent reliée à l'amour, aux ivresses de l'innocence. Ses textes reflètent ainsi la beauté de l'âme et sa pureté.

La mort c'est aussi une façon de renaître, comme le phoenix par exemple. C'est donc un rite de passage. Elle permet aussi à l'esprit de briser ses propres chaînes, d'abattre ses propres murs.

Que les textes parlent directement ou symboliquement de la mort, ils sont vivants, dynamiques. Cela signifie que Nicola veut nous montrer qu'il ne faut pas se résigner, abdiquer. On entre alors dans un univers féérique où rien ne cesse, mais au contraire, où tout se poursuit.