Le baiser

le baiser

1929, réalisé par Jacques Feyder.

Irène s’est mariée sans amour avec un homme plus âgé qu’elle, Charles Guarry. Jaloux et soupçonneux d’une infidélité, il la fait suivre. Mais Irène ne sort qu’avec le jeune Pierre, chevalier servant secrètement amoureux d’elle, et fils de M. Lassalle, un financier ami de Guarry. 
Lors d’un dîner, Irène retrouve son ancien amant, l’avocat André Dubail. Ils n’ont jamais cessé de s’aimer, mais Irène refuse de le revoir. À l’occasion d’une partie de tennis, Pierre, qui doit retourner au collège pour terminer ses études, fait promettre à Irène de lui donner une photo d’elle avant son départ. Pendant ce temps, Guarry apprend à Lassalle qu’il est en banqueroute. Ce dernier lui assure son soutien. 
Le soir-même, malgré une douleur au cœur, Guarry se rend chez Lassalle. Pierre, sachant Irène seule, vient lui faire ses adieux. Sur la terrasse, Irène donne à Pierre, à sa requête, un tendre et chaste baiser. Mais Guarry, revenu sur ses pas parce qu’il se sentait trop mal, les surprend. Fou de jalousie, il tente de tuer Pierre. Irène intervient et le tue d’un coup de revolver. Lors de sa déposition, elle commet un faux témoignage pour protéger le jeune homme. Elle est arrêtée. André, malgré les réticences de la jeune femme, assurera sa défense. 
Lors du procès, Lassalle fournit à son tour un faux témoignage pour défendre son fils : ayant fait part à Guarry de ses propres difficultés financières et de son impossibilité de l’aider, il avait laissé le mari d’Irène dans un état inquiétant … La thèse du suicide, crédible, est acceptée par les jurés. Irène est libre. Ne pouvant vivre dans le mensonge, elle avoue tout à André. Ce dernier, désespéré mais heureux, lui redit son amour.