L'histoire

Aux relations délicates entre les jumeaux, s'ajoute le poids du troisième frère Sirkis, Christophe. L'aîné travaille dans l'audiovisuel et n'a suivi que de loin le parcours d'Indochine. Le succès de ses frères a attisé une certaine rancoeur, surtout envers Nicola, et il l'a régulièrement accusé de ne pas avoir été étranger à l'attitude d'autodestruction de Stéphane. En mars 2003, alors que le succès de "Paradize" est foudroyant, le grand frère fait le tour des rédactions parisiennes pour accuser publiquement Nicola de récupérer la mort de son frère.

C'est finalement le magazine "Entrevue" qui accepte de publier son témoignage. Christophe y estime que Nicola a obtenu d'être seul maître à bord et que cette latitude est rémunératrice. Tout le reste est à l'avenant. Il affirme également, par exemple, que Nicola faisait couper le son de la guitare de Stéphane dans certains concerts parce qu'il estimait qu'il ne jouait pas assez bien, et n'était pas dans son état normal.

Pour avoir participé à l'organisation d'un concert en 1993, il nous semble cependant que de tels propos sont pour le moins exagérés. Les techniciens sonorisant la salle avaient simplement comme consigne de surveiller le volume sonore de la guitare de Stéphane pour qu'elle n'écrase pas les autres instruments. Que dans certains concerts Stéphane n'ait pas été en état de jouer correctement est tout à fait possible, d'ailleurs sur certaines vidéos "live" le doute est permis. Mais après tout, qu'importe ?

Il est légitime de se demander pourquoi Christophe éprouve ce besoin d'appuyer sur des blessures qui font déjà suffisamment mal. Nicola et Dominique (qui s'estime également diffamé dans l'article) ont porté plainte contre le journal. Ils voulaient également mettre en accusation Christophe lui-même pour ses propos, mais la mère de Nicola est intervenue pour que les choses n'aillent pas aussi loin et que la famille ne se déchire pas définitivement. Alors que la disparition aurait pu rapprocher le frère aîné et son cadet, ils se manifestent au contraire une véritable haine.

- Malheureusement le deuil qui permet à des familles de retrouver une unité n'a rien arrangé chez nous, reconnaît Nicola. Il a plutôt été le signe de la désintégration définitive de la famille. Quoiqu'il dise, il n'y a qu'à regarder ce qui se passe pour se rendre compte que ce qu'il raconte n'est pas vrai. J'ai ma conscience pour moi. On fait passer Stéphane pour un abruti complet, qui ne disait jamais rien, juste posé là. Alors que ce n'était pas du tout le cas.
Avec le recul des années, saurait-il mieux gérer le caractère de son frère et leurs relations?

Oui, probablement. Mais ça m'est tellement difficile de parler de ça parce que je sais tout ce qui va me tomber dessus. Dominique ne va pas être d'accord ... Je pense que la psychanalyse du groupe n'a pas encore été faite par tous les autres membres. Ce problème de "l'ancien Indochine" ne se règlera jamais, malheureusement. Moi, je l'ai réglé avec ma propre conscience. Stéphane a voulu rester avec moi, avec le groupe. La vraie injustice là-dedans, c'est la mort qui l'a frappé juste avant. Je ne pense pas avoir sali le nom d'Indochine.