Le baiser

le baiser

Le baiser

Qui pourrait m'aider
Qui pourrait sauver mon âme
Je m'en fous je voudrais
Te donner un baiser
Je veux te donner
Je veux te donner un baiser
Laisses-moi passer
Effleurer mes doigts sur toi
Come to me

On va s'embrasser
Et nos lèvres vont se purifier
Tu me donnes un baiser
Et nos langues vont juste s'emmêler
Et ta peau se mouilla
Elle aura comme un goût
Un goût de lait
Je te respire ah ouh
Sur ton sourire ah ouh

Le baiser que tu m'as donné pour t'aimer
Je t'aime comme un fou
Come to me
Come to me
Come to me
Seuls tous les deux
On restera attachés
Comme un adieu

J'ai envie de te caresser
J'ai envie de ton baiser
Nos lèvres vont se mouiller
Et nos cheveux vont s'emmêler
A ton sourire effrayé
Ouh woh oh oh corriges-moi mes fautes
Embrasses-moi wah ouh
Come to me wah ouh

Le baiser pour rester
Rien que nous deux
Pour s'aimer
Et s'embrasser
Come to me
Come to me
Come to me

Des fleurs pour Salinger

Me serait-il possible
De pouvoir lui parler le rencontrer
Me serait-il possible
De pouvoir lui parler sans le contrarier
Dans sa chambre avec culte
Bien avant que la psyché américaine
Ne s'entiche de Zen
Il s'est retiré du monde d'un monde entier

Tiens des fleurs pour Salinger
Locataire d'un monastère
Des fleurs pour Salinger ouh woh oh oh oh oh
Le diable des écrits déchaînés ouh woh oh oh oh oh
Allez tiens des fleurs pour Salinger
Locataire d'un monastère

Mais laissez-lui un peu
Ses secrets à garder son intimité
C'est pour se protéger
Il est fatigué de toutes vos stupidités

Tiens des fleurs pour Salinger
Locataire d'un monastère
Des fleurs pour Salinger ouh woh oh oh oh oh

Je ferais semblant d'être sourd et muet
Et j'épouserais cette fille sourde et muette
On vivra près d'un ruisseau près des bois
Mais pas dans les bois

Tiens des fleurs pour Salinger
Locataire d'un monastère
Des fleurs pour Salinger ouh woh oh oh oh oh
Le diable des écrits déchaînés ouh woh oh oh oh oh
Des fleurs
Des fleurs pour Salinger ouh woh oh oh

More

Tu étais sans doute mieux que la drogue
Plus brillante que la lumière
Plus permanente qu'un hiver
Tu étais tellement mieux
Tu étais un peu comme une mère
Comme une soeur une histoire nécessaire
Ma lueur mais c'était c'était une erreur

Mais c'est d'un ami dont j'aurais eu vraiment besoin
Quand je restais tout seul tout seul dans mon coin

Comme dans les vapeurs de l'éther
Je respirais ton désir sur tes lèvres
Une obsession la Terre tourne à l'envers
Je marche de travers une marche sans repères
Abattu par les fièvres par mille et un détours
La sale marche la sale marche de l'amour

Oh mais que Dieu te garde et j'essaierais d'oublier
Oh mais que Dieu te garde et je voudrais t'oublier
Je crois que je vais partir
Sur des lieux more des endroits lunaires

Je prierais pour qu'elle me pardonne
Je voudrais m'isoler ne plus voir personne
Je n'ai plus envie plus envie de rien
Une confession dans sa pudeur
Et la passion devient belle comme la peur
Mais j'ai mal de la beauté finale

Je crois que je vais partir
Sur des lieux more des endroits lunaires
Je crois que je vais partir
Vers des endroits des endroits lunaires

Oh mais que Dieu te garde et j'essaierais d'oublier
Oh mais que Dieu te garde et je voudrais t'oublier

Alertez Managua

Petite lune elle est secrète
Et son histoire paraît suspecte
Tous les vices tous ses caprices
Mais cela reste un délice

Ouh et je suis sa proie
Alertez Managua
Ouh regardez quand elle dort
Et comme vous avez tort

Elle est braquée contre la Terre entière
Je crois même qu'elle a un sale caractère
Mais j'aimerais qu'on la respecte
Même si c'est cela qui vous inquiète

Ouh putain cette fille-là
Elle marche pieds nus dans la rue
Ouh elle mord les garçons
C'est là qu'elle m'a convaincu

Regardez quand elle dort
Et comment vous avez tort
Je suis sa proie
Je suis sa proie
Alertez Managua

Ouh je suis aux abois
Alertez Managua
Ouh regardez quand elle dort
Et comme vous avez tort
Ouh putain cette fille-là
Elle marche pieds nus dans la rue
Ouh elle mord les garçons
C'est là qu'elle m'a convaincu

Les années bazars

L'aveu des mouvements de peintres déjà vieux
Les enragés des musées
Tandis que des visions de course de lévriers
Blaise Cendrars se ramène et se déchaîne
L'époque des lumières des salons littéraires
Le monde va se foutre en l'air
Et le rideau de fer est tombé en rideau
Man Ray est arrivé arrivé

Une dizaine d'années plus tard ou plus tôt
Une performance la guerre avec les esquimaux
C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre
C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre

Des questions refusées qui troublent ou qui gênent
Dans un jeu perpétuel
Dans ces livres soudain s'élèvent des majuscules
Qui parfois brèves éjaculent ridicules

Une dizaine d'années plus tard ou plus tôt
Une performance la guerre avec les esquimaux
C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre
C'est la guerre et elle sonne
C'est la guerre

C'est terminé achevé
On est plus proches de la fin du déclin

C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre
C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre
C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre
C'est la guerre et c'est sale
C'est la guerre
C'est la guerre

Punishment park

Ils passèrent comme des rois égarés
A travers toute leur vie
Dans des villages appauvris
Ils pensèrent résister
Autour de gens agités
Que leur amour puisse exister
Toutes les nuits à l'infini
A l'infini

Car je ne crois pas que tout va bien par ici
Je veux aller quelque part
Je veux aller vers un paradis
Ne pas m'enfermer dans un parc
A attendre un jour qu'elle ne parte
Pour une croisière sans retour
Vers la Nouvelle Angleterre
Une croisière

Mmh mmh
Car cet endroit ne lui disait plus rien
Elle y avait perdu perdu son chemin
Ah son chemin
Mais je ne crois pas que tout va bien par ici
Je veux aller quelque part
Je veux aller vers un paradis
On s'est construits et j'ai tout détruit
On s'est détruits on a reconstruit
On s'est construits on a tout détruit
On s'est punis
Oh oh mmh mmh
Car cet endroit ne lui disait plus rien
Elle y avait perdu perdu son chemin
On s'est construits et j'ai tout détruit
On s'est détruits on a reconstruit
On s'est construits on a tout détruit
Je me suis détruit on a tout détruit
On s'est punis

Soudain l'été dernier

Soudain l'été der
Soudain l'été der
Soudain l'été dernier

Il y a des fleurs sauvages
Et même des nouvelles vagues
J'ai envie d'aller surfer
Entre la marée montante et les déferlantes
Mais la mer est dégueulasse
Et les algues sont grasses
Et la France est gouvernée
Sur le toit des ouvriers se sont embrassés
Oh mais regardes tous ces flics
Et qui au bord de l'eau s'amusent
Y en a autant que les méduses
Et toute la plage est prise de panique

Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes
Des mouches sur la bouche
Soudain l'été dernier
Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes
Le pouce dans la bouche
Soudain l'été dernier
Oh je suppose

Mais l'orage a grondé
Et le vent a soufflé
C'était juste avant
Que les camions de pompiers nous ont écrasés
Moi Monsieur je suis anarchiste
Moi je suis foncièrement pessimiste
Mais la vie est un combat de chiens
Qui se bagarrent autour d'une poubelle

Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes
Des mouches sur la bouche
Soudain l'été dernier
Les gens tout de même
Ils sont tous les mêmes
Le pouce dans la bouche
Soudain l'été dernier
Oh je suppose

Les plus mauvaises nuits

La nuit se lève la lune s'élève
Les plus mauvaises nuits
Maudits soupirs maudits matins
Les plus mauvais matins
Je voudrais juste me coucher
Dormir contre toi
Je ne te toucherai pas
Juste m'endormir avec toi

Un lit défait à te rechercher
Le désordre et l'absence
La nuit est noire et sans espoir
Et ta présence me manque
L'amour n'est plus qu'une impression
Qu'une mauvaise impression
Mais la lumière est sale et pâle
Et seule comme un matin

Mais je ne t'appartiens plus
Tu ne m'appartiens plus
On ne se connaît plus
Mais je ne t'appartiens plus
Tu ne m'appartiens plus
On aurait disparus

La nuit se lève la lune s'élève
Mes plus mauvaises nuits
Maudits soupirs maudits matins
Mes plus mauvais matins
Je voulais juste me coucher
Dormir contre toi
L'amour n'était qu'une impression
Qu'une mauvaise impression

Et si je te revois
Mais si je te revois
Encore une dernière fois
Alors emmènes-moi
Emmènes-moi encore
Encore une dernière fois

Maudits soupirs
Mauvais matins
Et si tu reviens
Maudits soupirs
Mauvais matins
Et si je te revois
Mais si je te revois
Encore une dernière fois
Alors emmènes-moi
Emmènes-moi encore
Encore une prochaine fois

Tant de poussière

Pourquoi de l'autre côté de la Terre
Moi je ne peux plus rien faire
Au royaume des Damnés ils vont s'envoler
Tant de messagers tant de pitié
La pitié dangereuse
Les ailes de l'héroïne ont frappé
Encore plus fort qu'on ne le pensait

Tant de tant de poussière
Les orphelins dans la poussière
Les assassins
Le parti des météores
Les orphelins dans la poussière
Qui crèvent de faim

Elle m'a dit que là-bas les gens étaient fous
Que les gens étaient flous
Oh je n'ai pas compris pour qui elle survit
Dans le ciel par endroits percent des lumières
Qui parfois nous éclairent

Trop de trop de poussière
Les orphelins de la poussière
Qui crèvent de faim
Qui crèvent de faim les assassins

Tant de messagers tant de pitié
La pitié dangereuse
Les ailes de l'héroïne ont frappé
Encore plus fort qu'on ne le pensait
Tant de tant de poussière
Les orphelins dans la poussière
Les assassins
Le parti des météores
Les orphelins de la poussière
Qui crèvent de faim
Qui crèvent de faim
Rendez-vous sur la Terre

La coline des roses

La fin des jours dans cette ville est étrange
Des passants passent en silence
Dans les brumes de décembre
Un vent glacial souffle et domine impérial
On dirait qu'il y a des anges
Sur la colline des roses
Mais les nuits sont trop violentes
Elles arrivent comme une erreur attirante
Une erreur aveuglante

Il y a des petites fées dans le creux de ma main
Et qui prennent le thé dans un jardin
Il y a des petites fées au creux de ma main
Et qui prennent le thé au fond de mon jardin

Je n'ai que mes yeux pour les regarder
Que deux mains pour les toucher
Mais qu'une bouche pour les embrasser
Mais qui pense que ça les dérange
Que des anges en toute innocence
Marchent sur des roses qui éclosent

Il y a des petites fées au creux de ma main
Et qui prennent le thé dans un jardin
Il y a des petites fées au creux de ma main
Et qui prennent le thé au fond de mon jardin

Je déteste les mois de décembre
Elle hait tous ces dimanches
Mais les nuits sont trop violentes
Elles arrivent comme des erreurs

Il y a des petites fées au creux de ma main
Et qui prennent le thé dans un jardin
Il y a des petites fées au creux de ma main
Et qui prennent le thé au fond de mon jardin

Je déteste les mois de décembre
Elle hait tous ces dimanches
Mais les nuits sont trop violentes

Sur la colline des roses
Sur la colline des roses